Reconversion professionnelle : comment concilier efficacité et originalité dans une lettre de motivation ?

La reconversion est un nouveau départ, et comme dans votre vie professionnelle antérieure, vous allez devoir faire vos preuves. Que ce soit pour candidater à certaines formations ou à un emploi salarié, il vous faudra la plupart du temps passer par l’étape de la lettre de motivation. Celle-ci doit non seulement obéir à certaines règles pour faire bonne impression, mais aussi et avant tout retenir l’attention de la personne qui va la lire. Elle est autant l’occasion de montrer votre sérieux que de vous démarquer : voici quelques conseils pour cela.

Lettre de motivation & reconversion professionnelle : pourquoi, quand et à qui ?

Si vous postulez à un emploi salarié dans le cadre de votre reconversion, vous allez la plupart du temps devoir joindre à votre CV une lettre de motivation. Celle-ci sera d’autant plus déterminante aux yeux des recruteurs que, puisque vous êtes en reconversion, vous n’avez pas un parcours linéaire et vous ne disposez pas forcément de toute l’expérience professionnelle ni de toutes les compétences attendues pour le poste à pourvoir. C’est donc l’occasion pour vous d’expliquer votre parcours et votre plus-value.

Toutefois, même pour obtenir une formation, il est parfois nécessaire de monter un dossier de candidature et d’y faire figurer une lettre de motivation. Qu’elles soient très demandées et donc très sélectives, ou qu’elles veuillent simplement s’assurer du sérieux et de la motivation des futurs apprenants, de nombreuses formations s’obtiennent à ce prix.

Dans tous les cas, il ne faut pas sous-estimer cet élément clé de vos candidatures ou candidatures spontanées. Votre parcours, votre expérience, vos compétences et d’une façon globale votre CV sont une chose… mais ce à quoi vous aspirez, vos motivations et la façon dont vous imaginez votre vie professionnelle, autrement dit votre projet, en sont une autre.

C’est bien cela qu’il s’agit de faire transparaître et d’expliciter dans une lettre de motivation, et c’est parfois ce qui intéresse le plus la personne en face de vous. Car si vous pouvez toujours apprendre et monter en compétences, il est plus difficile de changer qui vous êtes et ce qui vous anime profondément. Les recruteurs ne s’y trompent d’ailleurs pas, et la lettre de motivation est pour eux un excellent moyen de départager deux CV semblables…

Les indispensables pour réussir votre lettre de motivation

Documentez-vous bien au préalable

Dans son contenu, la lettre de motivation est un exercice d’équilibriste. Il s’agit de se mettre en valeur, tout en gardant à l’esprit le point de vue de la personne que vous voulez convaincre. Il faut donc parler de vous, mais en ayant conscience de ce qui intéresse l’autre, et du regard qu’il va poser sur votre profil et votre projet professionnel.

Pour cela, il est d’abord essentiel de bien vous renseigner sur la formation ou le poste que vous visez : quelle est la réalité du secteur aujourd’hui, du ou des métiers cibles, de l’entreprise ou de l’organisme de formation que vous voulez intégrer… ou encore qui est la personne à qui vous écrivez, pour pouvoir indiquer son nom dans la partie « destinataire » et de donner le sentiment d’une lettre véritablement adressée à quelqu’un en particulier.

Ces recherches vous permettront d’évoquer avec plus de précisions les problématiques de l’entreprise, et de savoir quel aspect de votre parcours mettre en avant. S’il s’agit d’une formation, cela montrera que vous savez à quoi vous attendre et que vous avez évalué consciencieusement son utilité pour vous. D’une façon générale, cela démontre votre sérieux et votre intérêt, puisque vous avez pris la peine de vous documenter.

Les informations incontournables et comment les présenter

C’est justement un élément clé qui doit figurer dans votre lettre : expliquer pourquoi cette entreprise ou cette formation a retenu votre intérêt, ce qui la distingue à vos yeux des autres, ou qui en tout cas vous motive personnellement à l’intégrer. A-t-elle un positionnement particulier qui vous a séduit ? Une politique plus respectueuse de l’environnement que ses concurrents ? C’est l’occasion de mentionner ce qui a retenu votre attention.

Il est également important de relier cette motivation à votre parcours, en choisissant un exemple qui vient illustrer ce pourquoi vous vous sentiriez légitime dans votre futur poste ou formation. Idéalement, il s’agit d’une expérience professionnelle passée qui, même dans un autre secteur d’activité, résonne avec votre projet actuel. Mais ce peut aussi être un goût ou une passion plus personnelle que vous entretenez depuis longtemps : vous êtes en reconversion, aussi il est normal que vous n’ayez pas d’expérience similaire à faire valoir.

Vous devez aussi résumer, parmi les compétences que vous avez acquises, celles qui vous paraissent pertinentes et transférables pour le parcours auquel vous candidatez. Plutôt que d’évoquer ce qu’il peut vous manquer, insistez sur ce que vous maîtrisez… et si aucune compétence technique ne fait l’affaire, mettez en avant vos « soft skills » ou compétences comportementales : l’autonomie, l’écoute, l’organisation, la communication… Vous trouverez forcément une qualité qui correspond.

Quelques idées pour vous démarquer des autres candidats

S’il y a des codes et des figures imposées, la lettre de motivation reste avant tout un moyen d’exprimer qui vous êtes. Votre objectif est autant de cocher les cases de ce qu’attend votre futur employeur ou formateur, que de faire entendre votre petite musique à vous, pour vous démarquer des lettres copiées-collées sur la base de modèles impersonnels. Il ne s’agit pas de verser dans l’excentricité, au risque de mettre en doute votre sérieux, mais tout simplement de sonner juste et vrai par rapport à votre démarche. Demandez-vous : une intelligence artificielle aurait-elle pu écrire cette lettre, ou ai-je réussi à y apporter ma touche personnelle ?

Cela étant, pour certains types de métier, notamment lorsqu’il y a du contact humain ou avec des clients, il peut être utile de se démarquer davantage. Si vous postulez pour devenir community manager, on peut légitimement s’attendre à ce que votre lettre soit plus accrocheuse et plus originale que la moyenne, que cela soit par son style ou même dans sa forme. De la même manière, si vous candidatez pour une formation dans l’hôtellerie-restauration, il peut être intéressant de faire ressentir à travers votre lettre le sens du service et de l’accueil qui vous anime, via un vocabulaire chaleureux et des tournures de phrases plus orales. Le fond et la forme sont alors très complémentaires.

Ne négligez pas l’objet de votre lettre de motivation : c’est la première chose que verra votre interlocuteur, il est donc important de faire bonne impression… et pourquoi pas de marquer son esprit en optant pour une formule un peu plus originale que « Candidature à [intitulé du poste ou de la formation] » (vous pouvez toujours l’écrire en sous-titre pour l’expliciter). De la même manière et en conclusion, vous pouvez rajouter un « PS » si vous le jugez utile pour mettre en lumière une dernière information. Vous pouvez également, en complément de la lettre formelle, ajouter d’autres éléments comme une courte présentation vidéo (si vous maîtrisez l’exercice) ou encore un portfolio, pour les métiers créatifs.

Les pièges à éviter lors de la rédaction de sa lettre de motivation

Parmi les erreurs courantes et à éviter absolument, il y a la lettre quasi-identique pour plusieurs postes ou formations. Non seulement elle sera moins percutante et elle aura moins de chances de sortir du lot, mais plus vos lettres se ressembleront plus vous risquez de vous tromper et d’envoyer à l’un celle destinée à l’autre. Le destinataire risquerait ainsi de lire au milieu de votre prose le nom d’un concurrent, oublié dans la précipitation lors du copier-coller... et mettrait alors de façon certaine votre candidature à la poubelle.

L’autre erreur classique, c’est de vouloir tout dire. La lettre de motivation n’est pas une redite de votre CV, vous ne devez en aucun cas y détailler toutes vos expériences et compétences. Vous devez rester relativement court et percutant, dire uniquement ce qui va intéresser le recruteur auquel vous vous adressez, qui de toute façon n’a probablement ni le temps ni l’envie de lire un roman sur vous. Votre propos doit rester facile à comprendre, avec quelques idées claires qui se dégagent et ne sont pas noyées dans les détails. Gardez ces derniers pour l’entretien d’embauche que vous solliciterez en fin de lettre : ce moment d’échange de vive voix sert à cela. Il serait d’ailleurs dommage que vous n’ayez plus rien à dire.

De la même manière, même si vous êtes en reconversion et que vous ne correspondez donc pas forcément à 100 % au poste ou à la formation que vous désirez, évitez de tomber dans le piège de la supplique. Il ne s’agit pas de vous mettre à genoux en implorant le destinataire de vous faire confiance, quitte à jurer que vous êtes prêt à tous les sacrifices et à tous les apprentissages, pourvu que l’on vous donne votre chance. Vous devez au contraire montrer ce que vous pouvez apporter à l’entreprise que vous souhaitez rejoindre (ou pourquoi la formation est faite pour vous). Donnez envie plutôt que d’essayer d’apitoyer.

Soigner la présentation de sa lettre de motivation

Structure : « vous, moi, nous » comme guide

Il existe une structure relativement codifiée pour la lettre de motivation, qui doit comporter certains éléments. D’abord, les coordonnées de l’émetteur (vous) et de celles du destinataire (organisme ou personne), puis le lieu et la date de votre lettre, son objet (le titre de votre candidature) qui comportera généralement l’intitulé du poste ou de la formation que vous visez, et enfin une formule de salutation (du type « Madame, Monsieur, »). Ensuite seulement vous pourrez en venir au cœur de votre lettre.

Pour celui-ci, le plan-type est de faire 3 paragraphes successifs que l’on résume souvent en « vous, moi, nous ». Autrement dit, dans l’ordre :

  1. pourquoi votre entreprise (ou formation) m’intéresse,
  2. voici ce que je peux vous apporter (ou ce pourquoi je suis légitime),
  3. et voici ce que nous pouvons faire ensemble (ou mon projet à l’issue de votre formation).

Si cette tripartition n’a rien d’obligatoire, elle vous permet néanmoins de bien structurer votre propos pour que celui-ci soit le plus clair possible aux yeux de celui ou celle qui vous lira. En plus d’être assez efficace, cette structure peut également vous servir de check list pour être sûr de ne rien oublier d’essentiel.

Forme : faites simple et efficace

Si l’on a pu voir des candidats être recrutés, par exemple pour des métiers créatifs en agence de publicité, sur la base de cartes postales ou même de poèmes en guise de lettre de motivation, le plus sûr reste la bonne vieille feuille A4. Que celle-ci soit expédiée par courrier postal, si c’est demandé expressément, ou aujourd’hui plus fréquemment par voie électronique (mail ou formulaire de contact), c’est le format-type de la lettre de motivation. 

Gardez à l’esprit que celle-ci peut être ouverte sur un smartphone, aussi ne prévoyez rien d’incompatible avec ce mode de lecture. Préférez également envoyer un document converti au format standard PDF qu’un fichier dans un logiciel de traitement de texte (Word, OpenOffice…), dont la mise en page peut différer chez votre interlocuteur, au risque de ruiner vos efforts.

La convention de la page recto simple vous autorise néanmoins, si vous en ressentez le besoin absolu, à réduire légèrement le corps de votre police de caractère (choisissez-en une simple et bien lisible : Arial, Calibri, Cambria…) de façon à pouvoir écrire davantage. Dans la limite du raisonnable : restez entre 10 et 12, avec des marges correctes sur votre document.

Enfin, toujours pour simplifier la tâche de votre lecteur, soignez votre style d’écriture. Bannissez les tournures alambiquées, les formules pompeuses, les sous-entendus, et dites les choses de façon claire et concise. « 1 phrase = 1 idée » reste à ce titre le meilleur conseil que l’on puisse vous donner.

Nos conseillers en évolution professionnelle vous accompagnent

Que vous soyez salarié ou indépendant, le Conseil en évolution professionnelle (CEP) peut vous accompagner dans votre reconversion. Il s’agit d’un service public, gratuit et personnalisé qui permet de faire le point sur votre situation professionnelle, et, le cas échéant, d’élaborer, de formaliser et de mettre en œuvre une stratégie d’évolution professionnelle.

Cela passe par un travail avec votre conseiller personnel, qui vous accompagnera tout au long des différentes étapes de votre reconversion, de la définition du projet jusqu’à sa concrétisation, en passant par les recherches de financement et les démarches administratives. Y compris la rédaction de vos lettres de motivation.

Démarrez votre accompagnement Mon CEP

Rencontrez un conseiller en évolution professionnelle dans votre région :

Prendre rendez-vous
  • Service public gratuit

  • En agence ou à distance, partout en France

  • Un accompagnement personnalisé et confidentiel