Comment Avenir Actifs collabore avec la CAF de Loire-Atlantique dans le cadre de Mon CEP

Avenir Actifs, dans le cadre du Conseil en évolution professionnelle accompagne les salariés dans leurs démarches de développement professionnel. Un travail nécessitant l‘implication de tous. Marie Loiselet, responsable des ressources humaines de la CAF de Nantes, nous raconte comment les services RH et Mon CEP piloté par groupement évolution Pays de la Loire sont devenus partenaires dans leur politique de mobilité interne.

Comment avez-vous connu Mon conseil en évolution professionnelle ?

Marie Loiselet : « Avant d’être responsable des ressources humaines à la Caisse d’allocations familiales de Loire-Atlantique, je travaillais pour Uniformation. J’étais donc déjà sensibilisée aux dispositifs de transition professionnelle. Nous étions OPACIF et dispensateurs de Mon CEP avant la réforme et la reprise par Avenir Actifs.

Aujourd’hui, à la CAF de Nantes, nous avons une politique d’accompagnement de carrière des salariés assez forte et il nous semblait naturel de promouvoir le dispositif auprès de nos salariés. Raison pour laquelle, nous avons contacté Avenir Actifs.

Comment avez-vous connu Mon conseil en évolution professionnelle ?

Marie Loiselet : « Avant d’être responsable des ressources humaines à la Caisse d’allocations familiales de Loire-Atlantique, je travaillais pour Uniformation. J’étais donc déjà sensibilisée aux dispositifs de transition professionnelle. Nous étions OPACIF et dispensateurs de Mon CEP avant la réforme et la reprise par Avenir Actifs.

Aujourd’hui, à la CAF de Nantes, nous avons une politique d’accompagnement de carrière des salariés assez forte et il nous semblait naturel de promouvoir le dispositif auprès de nos salariés. Raison pour laquelle, nous avons contacté Avenir Actifs.

Comment cela s’est-il traduit concrètement ?

M.L : À la CAF, nous avons une politique de mobilité des carrières forte. C’est pour cela que nous souhaitons que nos équipes connaissent bien le périmètre d’actions et les différentes aides à leur disposition en dehors de l’entreprise. Pour cela, nous avons mis en place des réunions d’informations à destination des salariés. Pour la deuxième édition de nos réunions, et suite à un sondage auprès des salariés, nous nous sommes concentrés sur Mon CEP. Ce qui répondait d’ailleurs à notre actualité puisqu’en 2020, nous avons signé un accord de branche stipulant que tous les salariés souhaitant s’engager dans une démarche avec Mon CEP bénéficiaient d’une demi-journée pour s’y consacrer. Cette réunion mixte (entre présentiel et Teams), co-animée avec Avenir Actifs Pays de la Loire, a eu lieu en décembre dernier. Sur 600 salariés, plus de 80 ont participé. Nous avons donc pour ambition de mettre en place ce type de réunions tous les semestres. 

Nous avons également créé un guide dans lequel nous reprenons tous les dispositifs d’évolution professionnelle nationaux, régionaux et institutionnels, car à la sécurité sociale, nous avons des dispositifs spéciaux. Ce guide répond à la grande majorité des questions que les salariés pourraient se poser : se former, changer de métier, évoluer, reconvertir…

Avec Mon CEP, nous sommes partenaires de l’emploi et de la formation. Nos actions sont complémentaires.

Quels impacts cela a-t-il eu sur les salariés ?

M.L : Entreprendre une réflexion ou des démarches avec Mon CEP est confidentiel. Il est donc impossible de mesurer le succès de nos actions. En revanche, nous avons fait un sondage à la sortie de ces réunions révélant qu’environ 30% d’entre eux souhaitaient bénéficier d’un accompagnement par la suite.

Ne craignez-vous pas que cela incite vos salariés à partir ?

M.L : Si l’un de nos salariés souhaite de partir, nous préférons qu’il évolue et suive ses envies plutôt qu’il ne reste et subisse son travail. En revanche, nous tenons à nous assurer que son projet professionnel soit réaliste et solide. Parfois, il peut s‘agir d’un mal-être passager dû à une discordance au sein de son équipe ou dans l’organisation. Cela peut être résolu sans en venir à quitter l’entreprise. En revanche, face à un projet bien construit, dans un cadre de réflexion serein, nous avons tout intérêt à l’accompagner qu’à le retenir. L’inverse serait contre-productif. Par ailleurs, le turn-over, lorsqu’il n’est pas excessif, apporte du changement et même un peu de fraîcheur.

C’est sur ce point que nous sommes très complémentaires avec Mon CEP : les conseillers Mon CEP ne connaissent pas forcément nos opportunités internes mais dans le cadre d’un projet de mobilité externe ou de reconversion, ils peuvent prendre le relais. Ils connaissent par ailleurs notre bassin d’emploi et ont donc une vision sur d’autres secteurs d’activités qui permet d’ouvrir les perspectives.

 

Une collaboration, qui selon Marie Loiselet et le retour de ses équipes devrait perdurer et se développer car comme elle le rappelle en mot de fin, “c’est l’association des expertises qui permet de mieux répondre aux attentes de tous et de renforcer les parcours professionnels”.