Entreprises : comment bénéficier d’aides pour l’emploi des seniors ?

Vieillissement de la population, report de l’âge du départ à la retraite, tension dans les recrutements… Autant de facteurs qui invitent les entreprises à embaucher plus de salariés seniors et à dépasser les préjugés qui persistent à leur sujet. Pour les encourager dans leur démarche, de nombreux dispositifs d’aides financières existent. Retrouvez tous nos conseils pour y voir plus clair et choisir celui le plus adapté à votre entreprise.

Embaucher des seniors, une plus-value pour toute l’entreprise 

S’il n’existe pas d’âge officiel à partir duquel un actif est considéré comme senior en France, l’appellation regroupe généralement les salariés âgés de plus de 50 ans. Encore trop timide, le recrutement de profils « seniors » est pourtant un excellent moyen pour les entreprises de bénéficier de profils avec de solides compétences techniques - parfois difficiles à trouver ailleurs - et une forte expertise dans un ou plusieurs domaines d’activité. Les seniors maîtrisent également pleinement les soft-skills les plus recherchées dans le monde du travail et en particulier, la capacité à prendre du recul, à gérer les situations difficiles, et à faire rapidement preuve d’autonomie.  

Dans un contexte marqué par des recrutements en tension dans de nombreux secteurs, dans lequel les actifs les plus jeunes sont réputés sauter facilement d’un emploi à un autre,  l’engagement des seniors est un vrai plus pour l’entreprise. Une étude publiée par l’APEC révèle d’ailleurs que les salariés cadres seniors sont à 83% satisfaits de leur vie professionnelle, et se disent majoritairement engagés (79%). S’il existe de nombreux autres avantages à embaucher des seniors, soulignons parmi eux, la transmission aux nouvelles générations de leur savoir-faire et de leur savoir-être, très précieuse à n’importe quelle entreprise. 

Les aides à l’embauche pour les entreprises  

Le coût de recrutement des seniors est souvent mis en avant comme un frein à leur embauche par les entreprises. Pourtant, la maturité d’un profil senior induit un gain de temps et d’argent, puisque celui-ci aura moins besoin d’encadrement ou de formation et sera en mesure d’être très rapidement autonome. Il existe par ailleurs, différentes aides financières facilitant leur embauche et leur insertion professionnelle, on fait le point. 

L'aide à l'embauche d'un senior en contrat de professionnalisation  

 

Toute entreprise peut bénéficier d’une aide de l’Etat pour l’embauche d’un salarié âgé de plus de 45 ans en contrat de professionnalisation, en CDD ou CDI . L’aide prend la forme d’un versement plafonné à 2000 euros et s’accompagne de réductions des cotisations sociales patronales sur les salaires. Pour y prétendre, l’entreprise doit remplir quelques conditions, notamment celle d’être assujettie au financement de la formation professionnelle. Enfin, l’employeur doit, dans un contrat de professionnalisation assurer au salarié l’acquisition de nouvelles qualifications via des formations professionnelles.

Le CDD senior 

Toutes les entreprises du secteur privé peuvent conclure ce type de contrat pour embaucher des salariés âgés de plus de 57 ans, inscrits depuis 3 mois et plus à Pôle emploi, ou bénéficiant d’un Contrat de sécurisation professionnelle suite à un licenciement économique. La durée du contrat est de 18 mois, renouvelable une fois, soit une durée maximale de 36 mois. Avantageux, le CDD senior permet aux employeurs de recourir à un dispositif d’embauche plus souple que le CDI ou qu’un CDD classique. 

Le CDI inclusion  

Créé en décembre 2020, le dispositif de CDI Inclusion permet à des seniors âgés de plus de 57 ans, rencontrant des difficultés sociales et professionnelles particulières, d’être embauchés en CDI par des structures d’insertion par l’activité économique (SIAE) qui pourront disposer d’aides financières publiques. 

Les CIU-CAE / Parcours emploi compétences (PEC) pour le secteur public 

Si les CUI-CAE / Parcours emploi compétences ne sont pas spécifiquement dédiés aux salariés seniors, ils peuvent leur être proposés par toutes les organisations du secteur non-marchand, pour une durée de 5 ans ou plus, à partir du moment où ils sont âgés de plus de 50 ans. Les organisations bénéficient d’une aide financière à l’embauche et les salariés d’une aide à la formation ou d’un accompagnement professionnel. 

Le CUI-CIE (contrat unique d’insertion-contrat initiative emploi) pour le secteur privé 

Fonctionnant sur le même modèle que le CUI-CAE/ PEC, le CUI-CIE s’adresse quant à lui aux entreprises du secteur marchand. Il est conclu pour un CDI ou un CDD pour une durée de 5 ans et plus, et concerne toutes les personnes âgées de plus de 50 ans.

Les aides des régions 

 

Certaines régions proposent des aides pour favoriser l’emploi des seniors. La région Haut-de-France propose par exemple une aide à l’embauche de 3000 euros pour les entreprises de moins de 250 salariés. En fonction de la région où votre entreprise est implantée, renseignez-vous sur l’existence de tels dispositifs. 

Mon CEP, à vos côtés dans votre démarche

Pour vous aider à intégrer au mieux les salariés seniors dans vos équipes, vous pouvez faire appel à Mon Conseil en évolution professionnelle (Mon CEP). Il s’agit d’un service public gratuit, simple et personnalisé qui épaule vos salariés dans l’évolution de leur carrière professionnelle. Ses conseillers pourront informer, guider et orienter les salariés seniors pour qu’ils s’épanouissent au sein de votre entreprise dans les meilleures conditions possibles. 

Les dispositifs pour les seniors

Les aides de Pôle emploi 

Deux dispositifs vous aident à financer la formation des seniors demandeurs d’emploi, afin de leur permettre d’acquérir toutes les compétences nécessaires à une prise de poste dans votre entreprise. Le recours à l’un ou à l’autre dépend de la nature et de la durée du contrat de travail visé. 

 

L'Action de formation préalable au recrutement (AFPR) 

 

Un candidat senior et demandeur d’emploi, auquel il manquerait quelques compétences pour un poste, peut bénéficier d’une aide au financement de sa formation grâce au dispositif d’Action de formation préalable au recrutement (AFPR). L’employeur doit proposer suite à la formation, d’une durée maximale de 400 heures, une embauche pour un contrat de travail allant de 6 à 12 mois ou un contrat de professionnalisation de moins de 12 mois

 

La préparation opérationnelle à l’emploi (POE) 

 

Si dans un processus de recrutement, les écarts entre les compétences demandées et le profil du candidat retenu sont trop importants, le dispositif de Préparation opérationnelle à l’emploi peut être sollicité par l’employeur pour les résorber. Il aide les entreprises à financer la formation du candidat avant son embauche. Le dispositif concerne tous les employeurs du secteur privé et public pour des CDD d’au moins 12 mois, des CDI et des contrats de professionnalisation de plus de 12 mois

Le cumul de l'allocation chômage et d’une rémunération 

 

S’il n’existe pas encore de règles de cumul concernant spécifiquement les seniors, il est toutefois possible pour tous les demandeurs d’emploi, de cumuler leurs allocations chômage avec leurs revenus, sous réserve que cela ne dépasse pas le montant de leur dernier salaire brut. Pôle emploi réalise des calculs chaque mois, au cas par cas, pour déterminer à partir du montant de l’indemnisation et du montant de la rémunération, une allocation complémentaire au salaire.

Le cumul de la retraite et d’une rémunération 

 

Un senior peut cumuler le montant perçu pour sa retraite avec une rémunération provenant du maintien ou de la reprise d’une activité professionnelle, de façon intégrale ou partielle selon chaque situation. 

Les Aides à la mobilité 

 

Si un senior retrouve un emploi mais rencontre des difficultés pour s’y rendre, il peut bénéficier d’aide à la mobilité versée par Pôle emploi, pour l’aider à s’insérer professionnellement, et visant à supporter ses frais de déplacement ou de logement. 

La création et la reprise d’une entreprise 

 

Les seniors sont de plus en plus nombreux à se lancer dans des aventures entrepreneuriales. Pour les y aider, et s’ils sont demandeurs d’emploi, ils peuvent bénéficier d’aides de la part de Pôle emploi, en cumulant par exemple des allocations chômage aux revenus provenant de leur entreprise. Par ailleurs, ils peuvent bénéficier d’une exonération partielle de cotisations sociales avec l’Acre, ou d’une aide à la reprise ou à la création d’entreprise avec l’Arce (aide à la reprise ou création d’entreprise), deux aides proposées par Pôle emploi en lien avec l’URSSAF. Sous certaines conditions, la pension de retraite est cumulable avec des revenus issus d’une activité entrepreneuriale. Enfin, des aides financières à la reprise d’entreprises peuvent être versées au niveau régional et par différents organismes dédiés. 

Démarrez votre accompagnement Mon CEP

Rencontrez un conseiller en évolution professionnelle dans votre région :

Prendre rendez-vous
  • Service public gratuit

  • En agence ou à distance, partout en France

  • Un accompagnement personnalisé et confidentiel